G2HJ


Généalogie et Histoire

du Haut Jura




ADHERER AU G2HJ

FORUM G2HJ


 

Président : Pierre-Marie Grenier-Boley
Impasse Bellevue - 71290 LOISY

Contact Téléphonique : +33 (0)6.81.59.96.93

Trésorier : Alain C. Paget

Site : Rose-Marie Prost-Tournier Abrieux

Email : contact@g2hj.fr






Longchaumois
Origine et peuplement

 

Le peuplement du plateau de Lonchaumois (ancienne écriture) semble avoir été tardif et les premiers défricheurs furent certainement les moines de l’abbaye de Condat accompagnés de paysans conquis par leur mode de vie dans un temps où la foi religieuse était grande. Ces colons formaient de vastes familles  et les terres allouées étaient suffisantes pour les nourrir tous.

Au VI° et VII° siècles, la région était à peu près désertique comme tout le reste de ce haut plateau ; il ne devait y avoir que quelques cabornes, tappes, chalets dispersés au milieu de pâturages pris sur les forêts Ils ne devaient être habités que pendant la période de l’estive .Dès que l’hiver apparaissait, les colons redescendaient avec leurs troupeaux.

En 793, Charlemagne confirmait à l'abbé Ribert, l’abbé de Saint Oyend, la donation du prieuré de Saint Lupicin avec ses dépendances et la charte ajoute :
"Nous donnons au dit lieu Condat la forêt du Jura, à partir de l’extrémité de l’eau du Brassus (Braccioli) nommée Orbe (Orba) ,de l'arête du Noirmont (Nigri Montis) divisant la pente des eaux, de l'endroit même où l'eau se perd dans un grand creux -le lac Brenet dans la vallée de Joux  -jusqu'aux Alpes (sommet du Mont d'Or ),et jusqu'au chemin qui passe par le milieu de la Ferrière et selon le cours de la rivière appelée Serine jusqu’au bief Brun, et depuis le Bief Brun (Brunnum Betus) jusqu’à la Semine, et depuis la Semine jusqu’au Bief Nuisible (Brunnum Nocivum ) , de manière à comprendre la troisième partie d’Echallon (Escalon) ; depuis ladite rivière d’orbe et les chaux appelées Merrenses , à l’occident, jusqu’à la plaine de la paroisse de Condat.>>

Vers le XIII° siècle,  la population a augmenté et les villages commencent à être habités toute l’année .les chalets ou tappes devinrent des habitations permanentes. L’une d’elle nous est parvenue à ce jour, c’est la tappe Paget sur les hauteurs de ce qui est maintenant la Croix de la Teppe au dessus de Prémanon. Cette tappe en forme de bégude avait 18 pieds de long et 15 pieds de large.
De cette période du Haut Moyen Age, il ne subsiste de Lonchaumois aucune trace dans les archives. Seule la signature de Poncet dit de Longus Camelus, au bas d’un acte datant de 1137 par lequel Amédée, Comte de Genevois se désistant de ces prétentions sur l’église de Joux  a été retrouvée .Par les noms des chaux qui peuplent ce plateau, le prieur Manon du monastère de Saint Oyend, homme fort instruit à son époque et qui fut placé à la tête de l ‘école du palais par Charles le Chauve, serait né à Lonchaumois au lieu dit le Cernois Manon. Mais d’autres hypothèses font de lui le premier défricheur de ce plateau vers le IX° siècle ;
La politique des moines fut d'attirer des colons pour essarter et réduire à plan les bois, pour y faire des cultures, élever du bétail et ainsi d'en prélever leurs dîmes.

Lonchaumois est la propriété particulière de l’abbé de Saint Claude et était dite Terre de la Grande Cellerie La bulle accordée par Innocent IV au monastère de Saint Oyend en date du 20 juin 1245 comporte un pouillé des prieurés et des églises de l’abbaye : il y a trois nouvelles paroisses: celles de Saint Sauveur, celle de Lonchaumois (ecclésia de Longo Camelo) et celle de Setpmoncel. Ces paroisses ont été fondées dans la première moitié du XIII° siècle.
La Terre de la Grande Cellerie était immense et comprenait la Mouille , antique prieuré , la Combe Noire ou naîtra plus tard Morez, Prémanon, les Rivières, Gouland et le Sagy qui font maintenant partie de la paroisse des Rousses .La principale redevance que devaient s’acquitter les habitants étaient la grosse dîme qui se payait sur le champ à raison d’une gerbe sur onze.

Par un acte de 1298, l’abbé Estienne de Villard fit remise aux habitants contre la somme de 300 livres viennoises, des autres prestations dont le recouvrement était difficile. droits de maréchaussée, deniers, hublis ….suit une liste de particuliers qui devaient en outre d’autres cens : Mirype  5 deniers et une obole, Hugues dit Grenier :3 deniers ,1 obole et une pinte de Genève, Pernet des champs :2 deniers Genevois etc…
L’original de cette transaction s’étant perdu, les habitants obtinrent en 1301 son renouvellement moyennant 60 livres viennoises mais ils restent mainmortables.
Dans un acte de 1346 relatifs aux droits curiaux à la suite d’un différent opposant les habitants de Longus Camolus et leur curé figure entre autres, le nom de Paget. C’est il me semble la première mention du nom Paget en ce lieu.
Un terrible fléau s'abat alors sur l'Europe entière : la Peste Noire. La population du Comté de Bourgogne fut décimée par cette terrible maladie et l'année, 1349 devint célèbre sous le nom de "l'année de la Grande Mort " .
En 1349 il ne restait à Lonchaumois qu’une quarantaine de survivants dont Antoine Paget.
Après le traité de Brétigny en 1360, les bandes de mercenaires sans soldes licenciées, se mirent à rançonner le pays. Les habitants de Septmoncel, Mijoux, Lonchaumois et Orcières faisaient continuellement le guet et la garde au château de St Cergues dont ils étaient retraihans et fermèrent tous les passages. À la fin du XIV° siècle, le Haut Jura était redevenu désert. Les colons de l'abbaye de Saint Oyend de Joux ne furent pas épargnés. La charte d'accensement, accordée le27 février 1390 par l'abbé Guillaume de la Baume aux habitants de Lonchaumois, décrit ces ravages :"les terres sont désertes, dans un pitoyable abandon, telles enfin qu'elles ne sont plus d'aucun profit pour l'abbaye à cause de l'envahissement de la forêt .Les terres sont demeurées incultes depuis le temps de la Grande Mort. Les habitants de Lonchaumois et Orcières ne peuvent subvenir à leurs nécessités qu’en mettant en culture les terres laissées en friche ".
Parmi les habitants du Grandvaux, redevables à la pitance pour les terres sur La Mouille, Morbier et Bellefontaine, le registre énumère :
"Pierre Croyet de Grandvaux , au Vesinel Ferrer ,fils de feu Etienne ... un prel acquis par le dit feu Etienne ,pour 120 francs ,de Philibert Blanchot le 29 novembre 1484 ,20 soitures , avec la grange, assis en la prairie appelée en les Rosses ,en la juridiction de la Moille ...touchant bise le pré de Pierre Mourel du dit Mourbier ,vent le prel que fut es Reys de grant vaulx, que tiennent les enffants de feu Claude Lamyel de la Moille et ses cousins ,soleil couchant ou hault de la Montagne de Rise ,soleil levant la montagne et joulx noire... pour 10 engrognes"..François Renault de Grandvaux... 30 soitures de terre es Rosses ,y compris ce que les dits Lamyel tiegnent ,soleil levant la joux noire, selon les bosnes misent entre deux ,soleil couchant la montagne de Risoz ,vent la terre de Jean Gros de Grandvaux ,bise le prel ancien des dits Lamyez ... 6 blancs de cens ...Pierre Mourel de Mourbiez ,prel par luy nouvellement acquis de Claude et Simon Maillet de Saint Surge ,es Rosses ,10 soitures ,vent prel de Pierre Cruet de Grandvaux ,bise le lac des rosses ,levant le Noir Mont ,couchant la montagne de Risoz , a 2 blancs (achat fait le 2 mai 1504 pour 30 fr)...
Jehan Gros de Grantvaulx, parrochian de Longchaumois ,demeurant à La Moille ...Prel au territoire de La Moille ,au lieu dit en les Rousses ,12 soitures bois et plain...,levant terre de Jacque Gruat ,de la Moille ,mussant le prel de Claude Groz de la Chaulmusse ,vent la Joulx noire ,bise le prel de Guillaume Gros de La Moille ...4 engrognes* ....Claude Gros de la Chaulmusse ,prel et maison en les Rosses ,8 soitures ,levant prel de Jehan Gros ,mussant prel Humbert Regnault ,fils de feu Claude ,vent la Joulx noire ,bise prel de Guillaume Gros 2 engrognes (déclaré en lettres de 1422) ..Guilaume Gros de la Moille un prel et maison es Rosses 16 soitures ,levant la montagne ,bise la terre des Lamye de La Moille ,vent les prés de Jehan Gros ,6 engrognes".
"Antoine Prost ,de Lonchaumois, prêtre, Claude son frère et Nicolas Prost aussi de Longchaumois, leur cousin tiengnent un prel acquis en 6 fois en Gouland ,de Claude Jobel de La Moille ,de Richard Nayret de Grandvaulx ,de Claude Maillet de saint Surge ,60 soitures y compris ce qui a esté acquis de Claude Ruffet de La Moille ,4 maisons de bois; y compris ce qui a ésté acquis de Claude Guy de Grandvaulx et échangé de Jehan Setillant de Grandvaulx et de Claude Kafinde Fort de Plasne :levant les Joux ,couchant Claude Lamye de la Moille ,bise le pré de Jean Gros de La Moille et Loys Chavin de La Moille ,27 engrognes ...
Claude Gaichon d'Orssière, gendre de Claude Ligan ,terre en Gouland ,et la grange ,9 soitures ,soleil levant Jean Leigant ,soleil couchant le prel du grand prieur par eulx acquis de Bault d'Orssières,2 sols bise La roche de Gouland et vent le biez Brucian...Loys Girod ,gendre Chaulvin de La Moille ,prel en Goulan ,8 soitures vent prel Jehan Lugan ,bise la terre du dit déclarant ,levant la montagne du Saulgier,couchant la Roche de Gouland.. 1 sol de 8  niquets...Jean Lugan d'Orsières 1 prel en Gouland,5 soitures, levant le prel Loys Chaulvin (le pré Chavin) ,musant Claude Gaulchon gendre Lugan ,bise la Roche de Gouland ,vent la terre du Saulgier ,8 engrognes ...Enfin,  plusieurs prés étaient paturés à Trélarce. Thiévent Jacquemin de Longchaumois ,prel acquis des Malfroy de La Moille  lieu dit Trez Larsse en 2 places ,soleil levant terre de Jehan Malfroy ,vent Jehan Monnet Crestin ,bise prel à Grant Loys Malfroy  ,couchant la Rivière ,l'autre prel bise Claude Ruffait ,vent Pierre Custurier Malfroy ,levant la Joux noire ,couchant Grand Claude Malfroy ,2 engrognes .

Nous avons ainsi les premiers noms connus des habitants de ce Haut Plateau, noms qui s’enrichirent au fur et à mesure que les familles prospéraient, d’un suffixe pour les différencier.

 

Alain Clément PAGET

 

 

opticien, opticiens, prost-tournier, Cannes