Des abréviations.

 

L’origine des abréviations vient certainement de la paléographie. Outre le fait d'une écriture souvent arachnéenne ou alambiquée, les abréviations sont monnaie courante. le papier étant cher à ces époques, il convenait de gagner de la place lors de l'élaboration d'un acte et peut être aussi du temps. D'où l'emploi de ces abréviations.

Il y a aussi plusieurs sortes d’abréviations; celle qui comporte un accent, celle qui est liée au mot suivant: mais cela dépend aussi du lieu et de celui qui écrit. Un mot peut être rattaché au suivant ou bien la première lettre est délié. Il faut relire l’acte en entier pour se familiariser avec .

Pour les releveurs qui transcrivent les actes, qu'ils soient du registre paroissial, de l'état civil ou des actes notariés, il est parfois difficiles de les lire.

 

l’idée est de prendre des images de ces abréviations car les traitements de texte ne permettent pas de les écrire . On pourrait ainsi rajouter à la suite celles que l’on a trouvées et faire un répertoire.

voici un acte de décès

 

l’an seize cent quatre vingt & quinze et le vingt cinq jour du mois de janvier est né un fils de Pierre Estienne Lançon meunier & de Guillaume Chevassu Clément mary & fé_ (femme) dnts (demeurant) aux moulins (paroisse) de Septmoncel lequel a esté baptisé par moy Jacques Duraffourt ptre (prêtre) vicaire de l’église pale (paroissiale) de St Est (Etienne) premier martyr du lieu de Septmoncel duquel a esté parrain Claude François D’Aloz Furet et marraine Marguerite Arbel fé_ de Claude Lançon tous de la suste (susdite) pa (paroisse) & illitérés de ce enquis par moy.

 

 

 

 

It appears you don't have a PDF plugin for this browser. No biggie... you can click here to download the PDF file.