Les registres du diocèse de la paroisse

 

Pour les baptêmes et les déclarations de naissances , les parrains et marraines peuvent différer d’un acte à l’autre mais surtout le degré de parenté n’est précisé que sur les actes religieux.

Pour les mariages ou unions, ce sont les dispenses de consanguinité et d’affinité qui apparaissent uniquement sur les actes religieux et nous donnent ou confirment les liens entre les familles.

Les décès eux, restent pauvres dans leur lecture et ne nous apportent que peu d’informations.

 

exemple de mariage civil:

Longchaumois le 08/07/1799 20/Messidor an 07 de la république union de

PROST Pierre Célestin Barthélemy cultivateur fils majeur, domicilié à Prémanon, né le 17/07/1774, âgé de 25 ans

- Fils de PROST Jacque Joseph cultivateur domicilié à Prémanon

- et de BONNEFOI Marie Françoise

avec

PAGET Marie Constance fille majeure domiciliée à Morez, née le 27/05/1768, âgée de 31 ans

- Fille de feu PAGET Joseph décédé

- et de feue BONNEFOI Marie Théraise décédée

témoin 1 : PROST Jacques Joseph père de l'époux

témoin 2 : VANDELLE Jean Alexis cousin de l'époux domicilié aux Rousses

témoin 3 : PAGET Jean Louis frère de l'épouse domicilié à Morez

témoin 4 : TOURNIER Antoine Joseph ami de l'épouse domicilié à St Laurent en Grandvaux

 

le même en religieux :

Registres du Diocèse le 03/02/1800 mariage de

PROST Pierre Célestin Barthélemy fils majeur, de la Jacquette paroisse du Prémanon

- Fils de feu PROST Jacques Joseph

- et de BONNEFOY Marie Françoise vivante

avec

PAGET Marie Constance fille majeure native de Treslarce actuellement domiciliée à Morez

- Fille de feu PAGET Joseph

- et de feue BONNEFOY Marie Thérese

témoin 1 : PERRAD Joseph curé de Prémanon

témoin 2 : BUFFARD Claude Antoine de la Jacquette paroisse du Prémanon

ayant obtenu dispense du second degré égal de consanguinité accordée par M FEBVRE curé du Bois d'Amont et un préposé du diocèse établi par Mgr Jean Baptiste de CHABOT évêque de St Claude, ont été conjoints en mariage et reçu la bénédiction nuptiale par mois soussigné prêtre missionnaire près la paroisse des parties après leur avoir accordé dispense de la publication de trois bans et du lieu à cause de la persécution. PROST prêtre missionnaire

 

on voit tout l’intérêt de relever ces actes et de vous les proposer même s’ils feront doublons ;la seule question que l’on se pose concerne la mise en page. Cela sera résolu avec le nouveau site et avec la mise à disposition des images.

Merci encore à Gabriel pour ce travail qui ne pouvait pas se trouver aux AD39 et qui nous permet de présenter à nos adhérents d'autres sources.

 

alain C.Paget

 

Note : Ces temps de persécutions de l’église n’empêchaient pas les paroissiens d’effectuer leurs devoirs religieux parfois 1 an ou 2 ans voire 3 ans après la cérémonie civile.

On trouve souvent la mention : Fait à … dans la maison particulière de ….

 

note : Baptèmes des registres du diocèse pendant les années révolutionnaires.

 

Note  de la page 35d_0026:

On trouve peu de baptêmes faits en 1798 et 1799 parce que la persécution depuis le dix huit fructidor c’est à dire vers la fin de 1797, fut plus violente contre les prêtres catholiques, et à a cause des militaires qui étaient en station dans la commune, les missionnaires furent obligés de se tenir cacher ou de sortir de nouveau du territoire.

Ce ne fut qu’en mil huit cent qu’on commença à être un peu plus libre pour exercer son ministère.

Il n’y a que 4 naissances inscrites sur le registre et qui ne sont pas parmi les 18 naissances inscrites sur le registre civil.