G2HJ


Généalogie

Histoire


du

Haut Jura



 

Président : Pierre-Marie Grenier-Boley
Impasse Bellevue - 71290 LOISY

Contact Téléphonique : +33 (0)6.81.59.96.93

Trésorier : Alain C. Paget

Site : Rose-Marie Prost-Tournier Abrieux

Email : contact@g2hj.fr



Histoire


Villages du Jura et du Doubs

Où chercher les actes


par Linda Reverchon

 

Introduction :

Rares sont les paroisses où ont été tenus des registres de baptême avant l’année 1539. En effet, c’était au mois d’août de cette année qu’a été promulguée l’ordonnance de Villers-Cotterêts par laquelle François 1e a rendu « obligatoire la tenue des registres de baptême, qui doivent mentionner la date de naissance et la filiation des baptisés : l’état-civil français est né ». Sans faire encore partie de la France, les paroisses du Doubs et du Jura ont peu à peu adhéré à cette exigence : Dans le Haut-Jura à Morbier c’était en 1560 qu’on commence à voir des actes de baptême. A Septmoncel c’était en 1595 et à Longchaumois en 1655 malgré l’ancienneté de la paroisse. Dans le Doubs à Saint-Vit, des actes de baptême existent depuis 1541 et à Rans dans le Bas-Jura depuis 1552.

Pour toute recherche d’actes sous l’Ancien Régime il faut connaître le nom de la paroisse. Pour les villages où était située une église paroissiale la tache est relativement facile. Mais pour les autres ? Si les ancêtres étaient de Ranchot, comment savoir qu’il faut chercher les baptêmes, unions et sépultures de l’autre côté du Doubs à Rans ? Et les habitants de Bois d’Amont ? C’est toute une histoire ! Une aide indispensable est le Nouveau Guide du Généalogiste et du biographe dans le Jura publié par les Archives Départementales du Jura. (Voir Bibliographie.) On n’y trouve pourtant pas tous les villages du département et, en plus, certains de ceux-ci ont eu un parcours très compliqué.

Avec ce papier j’essaie de remplir les lacunes pour certains villages où mes recherches m’ont menée. Cette liste est loin d’être exhaustive et toute suggestion ou adjonction sera la bienvenue.

Quelques notes sont aussi données sur la communauté ou commune, c’est-à-dire sur l’existence géographique, de certains villages.

Villages :

 

Abbans-Dessous (25)

Avant 1716, il faut voir Osselle (25), mais il y a des lacunes. Aujourd'hui il n'existe que l'année 1686.
Registres depuis 1716.

Antorpe (25)

Antorpe, Berthelange, Ferrières-les-Bois, Salans et Roset font partie au bas Moyen Age et aux Temps modernes de la paroisse de Saint-Vit.
Commune rattachée à celle de Saint-Vit (25) en 1974.

Barre, La (39)

Pour l’Ancien Régime, voir Orchamps (39).

Bellefontaine (39)

La paroisse :
L’érection de la paroisse de la Rixouse, comprenant aussi le territoire de Morbier et de Bellefontaine, date de la fin du XIII ? et s’établissait sur l’ancien territoire de la paroisse de St Lupicin.
La paroisse de Longchaumois, dont l’étendue était immense, se démembra successivement, pendant les XVIIe et XVIIIe siècles, par l’érection en cures des églises de Morbier, des Rousses, de la Mouille, de Bellefontaine, de Morez et de Prémanon.
Puis Morbier devint église succursale le 8 mars 1593 et comprenait Bellefontaine, Tancua et le Bas de Morez.
Jusqu’en 1765 on trouve les actes concernant Bellefontaine dans les registres de Morbier. Dès cette date les registres se tenaient à Bellefontaine.
La communauté :
En 1549 il n’y a que trois communautés qui existaient : La Mouille, Morbier et Bellefontaine.
[Au début du XVIIe siècle] Les Communautés de Morbier et de Bellefontaine étaient indépendantes de la Communauté de la Mouille, de même que celle de Longchaumois et celle d’Orcières.

Bersaillin (39)

Des registres paroissiaux existent depuis 1655.

Berthelange (25)

Antorpe, Berthelange, Ferrières-les-Bois, Salans et Roset font partie au bas Moyen Age et aux Temps modernes de la paroisse de Saint-Vit.

Bois d’Amont (39)

La paroisse :
La paroisse de Septmoncel avait charge du territoire des Rousses (et, par conséquent, de Bois d’Amont) à l’est de l’Orbe et du lac, et la paroisse de Longchaumois côté ouest.
Les Landes [future Bois d’Amont] dépendaient dans l’origine des paroisses de Longchaumois et de Septmoncel… Elles en furent démembrées en 1613, époque à laquelle le village des Rousses fut érigé en cure.
En 1724 la chapelle de Bois d’Amont a été érigé en succursale de la paroisse des Rousses. Dès cette année sont tenus à Bois d’Amont des registres de baptêmes, mariages et sépultures.
On trouve sur le site du G2HJ les relevés de baptêmes de Bois d’Amont à partir de 1724.
La communauté :
En 1645 le 14 Juillet, un arrêt du Parlement détache les Landes [future Bois d’Amont] de la communauté civile de Septmoncel et les rattache à la communauté de la Mouille.
A son tour la Communauté de Bois d’Amont se disjoint de celle des Rousses en 1757.

Bretenière, La (39)

Dépendance de la paroisse d’Our à compter de son rétablissement le 17 décembre 1654. Mais de nombreux actes concernant la Bretenière sont dans les registres d’Etrepigney.
Selon une autre source, tous les actes concernant la Bretenière sont dans les registres paroissiaux d'Etrepigney.

Château des Prés (39)

Pour l’ancien régime, voir La Rixouse.
On trouve des baptêmes concernant des habitants de Château des Prés dans les registres de Morbier à partir de 1560.

Château-le-Bois (25)

Pour l’Ancien Régime, voir Abbans-Dessous (25) et Osselle (25).
Roset-Fluans : Village créé au XIXe siècle par le fusionnement de Roset, Fluans, La Corne-de-Chaux et Château-le-Bois.

Chaux des Prés (39)

Pour l’Ancien Régime jusqu’en 1755, voir La Rixouse. Dès cette année les registres sont tenus à Chaux des Prés.
On trouve des baptêmes concernant des habitants de « Chaux » dans les registres de Morbier à partir de 1561.

Chilly-sur-Salins (39)

Pour l’Ancien Régime, voir Ivory (39).

Corne-de-Chaux, La (25)

Avant 1792, voir Villars-Saint-Georges (25).
Roset-Fluans : Village créé au XIXe siècle par le fusionnement de Roset, Fluans, La Corne-de-Chaux et Château-le-Bois.

Courtefontaine (39)

Pour l’Ancien Régime, voir Villars-Saint-Georges (25).

Dampierre (39)

Registres paroissiaux dès 1553.

Etrepigney (39)

Les registres paroissiaux existent depuis 1581.

Evans (39)

Avant 1736 Evans dépendait de la paroisse de Dampierre. A partir de 1737 les registres sont tenus à Evans.

Fluans (25)

Pour l’Ancien Régime, voir Osselle.
Roset-Fluans : Village créé au XIXe siècle par le fusionnement de Roset, Fluans, La Corne-de-Chaux et Château-le-Bois.

Fraisans (39)

Pour l’Ancien Régime, voir Dampierre (39).

Ivory (39)

Registres paroissiaux depuis 1685.

Lézat (39)

Pour l’Ancien Régime, voir La Rixouse.
On trouve des baptêmes concernant des habitants de Lézat dans les registres de Morbier dès 1571.

Longchaumois (39)

La paroisse :
A la même époque [vers le 13e siècle] apparaît la paroisse de Longus Camolus (Longchaumois), citée dès 1245, ce qui prouve que la région commençait à être suffisamment peuplée pour justifier la présence d’un prêtre et d’un édifice religieux permanents.
La paroisse de Longchaumois, dont l’étendue était immense, se démembra successivement, pendant les XVIIe et XVIIIe siècles, par l’érection en cures des églises de Morbier, des Rousses, de la Mouille, de Bellefontaine, de Morez et de Prémanon.
Des baptêmes concernant des habitants de Longchaumois se trouvent dans les registres de Morbier dès 1578.
Registres de 1655 jusqu'au présent.
On trouve sur le site du G2HJ les relevés de baptêmes de Longchaumois à partir de 1656.
Des baptêmes et mariages de 1655-1668 se trouvent dans les registres de Moirans.
A la mairie de Longchaumois il y a des classeurs avec relevés de certains des registres de la paroisse.
La communauté :
« Les titres nous montrent des albergataires à Septmoncel, à Longchaumois et aux Rousses dès le 13e siècle. » Mais peut-être les premiers abergements ne furent-ils que saisonniers.
[Au début du XVIIe siècle] Les Communautés de Morbier et de Bellefontaine étaient indépendantes de la Communauté de la Mouille, de même que celle de Longchaumois et celle d’Orcières.

Louvatange (39)

Pour l’Ancien Régime, voir Mercey-le-Grand (25).

Mercey-le-Grand (25)

Registres paroissiaux depuis 1570.

Monteplain (39)

Pour l’Ancien Régime, voir Rans (39).

Morbier (39)

La paroisse :
L’érection de la paroisse de la Rixouse, comprenant aussi le territoire de Morbier et de Bellefontaine, date de la fin du XIII ? et s’établissait sur l’ancien territoire de la paroisse de St Lupicin.
La paroisse de Longchaumois, dont l’étendue était immense, se démembra successivement, pendant les XVIIe et XVIIIe siècles, par l’érection en cures des églises de Morbier, des Rousses, de la Mouille, de Bellefontaine, de Morez et de Prémanon.
Registres de 1560-présent.
Dans le registre d’actes de baptême qui se trouve à la mairie de Morbier, il existe des « trous » entre 1562 et 1570, entre 1585 et 1588, et entre 1590 et 1607. Il manque des parties des années 1560, 1561, 1562, 1583, 1584, 1585, 1652, 1654, 1655 et 1656. C’est à partir de ce registre que se font les relevés du G2HJ.
La paroisse de Morbier s’est dégagée [de la paroisse de Longchaumois] en 1593.
Puis Morbier devint église succursale le 8 mars 1593 et comprenait Bellefontaine, Tancua et le Bas de Morez.
La communauté :
En 1549 il n’y a que trois communautés qui existaient : La Mouille, Morbier et Bellefontaine.
[Au début du XVIIe siècle] Les Communautés de Morbier et de Bellefontaine étaient indépendantes de la Communauté de la Mouille, de même que celle de Longchaumois et celle d’Orcières.

Morez (39)

La paroisse :
La paroisse de Longchaumois, dont l’étendue était immense, se démembra successivement, pendant les XVIIe et XVIIIe siècles, par l’érection en cures des églises de Morbier, des Rousses, de la Mouille, de Bellefontaine, de Morez et de Prémanon.
On trouve des baptêmes concernant des habitants de Morez dans les registres de Morbier à partir de 1616.
Le Bas de Morez se trouvait dans la circonscription de Morbier. La rive droite de l’Evalude appartenait à la paroisse et à la Communauté de Morbier. Le Haut de Morez, correspondant à peu près au centre actuel, était de la paroisse de Longchaumois.
Puis Morbier devint église succursale le 8 mars 1593 et comprenait Bellefontaine, Tancua et le Bas de Morez.
En 1724 sont ouvertes les portes d’une chapelle, église succursale de celle de Longchaumois.
Pour l’Ancien Régime donc, voir aussi Longchaumois, Morbier et Les Rousses.
Les registres à Morez débutent en 1728.
On trouve sur le site du G2HJ les relevés de baptêmes de Morez à partir de 1737.
La communauté :
Vers 1725, la Mouille-Morez se séparèrent complètement des Rousses…
[En 1776] Morez obtint la séparation de son territoire de celui de la Mouille et eut dès-lors une administration distincte. .

Mouille, La (39)

La paroisse :
La paroisse de Longchaumois, dont l’étendue était immense, se démembra successivement, pendant les XVIIe et XVIIIe siècles, par l’érection en cures des églises de Morbier, des Rousses, de la Mouille, de Bellefontaine, de Morez et de Prémanon.
Selon un acte de mariage du 16 juillet 1612, à cette date les habitants de La Mouille étaient paroissiens de Longchaumois.
Des baptêmes concernant des habitants de La Mouille se trouvent  dans les registres de Morbier dès 1613.
Pour l’Ancien Régime, voir aussi Longchaumois, Morbier et Les Rousses et, pour les années 1657-1666 environ, La Rixouse.
La communauté :
En 1549 il n’y a que trois communautés qui existaient : La Mouille, Morbier et Bellefontaine.
En 1644, la communauté ou commune de la Mouille, qui comprenait les Rousses et Bois-d’Amont...
En 1667, un accord accorde presque tout le Sagy à la communauté des Rousses-la Mouille.
Vers 1725, la Mouille-Morez se séparèrent complètement des Rousses…
...La Mouille et Morez, communautés distinctes à partir de 1776.

Orchamps (39)

Les registres existent depuis 1533.

Orcières (39)

On trouve des baptêmes concernant des habitants d’Orcières dans les registres de Morbier à partir de 1573.
[Au début du XVIIe siècle] Les Communautés de Morbier et de Bellefontaine étaient indépendantes de la Communauté de la Mouille, de même que celle de Longchaumois et celle d’Orcières.

Osselle (25)

Registres paroissiaux depuis 1686.
Selon une autre source, dans la pratique il y a seulement les années 1686 et 1731 puis 1737-1792.

Petit-Mercey (39)

Pour l’Ancien Régime, voir Mercey-le-Grand (25).

Plumont (39)

Pour l’Ancien Régime, voir Etrepigney (39).

Prémanon (39)

La paroisse de Longchaumois, dont l’étendue était immense, se démembra successivement, pendant les XVIIe et XVIIIe siècles, par l’érection en cures des églises de Morbier, des Rousses, de la Mouille, de Bellefontaine, de Morez et de Prémanon.
Voir Longchaumois jusqu’en 1766. La série du greffe débute à Prémanon en 1769 et la « série communale » en 1789
On trouve sur le site du G2HJ les relevés de baptêmes de Prémanon à partir de 1769.

Ranchot (39)

Pour l’Ancien Régime, voir Rans (39) .

Rans (39)

Registre des baptêmes débute en 1552.

Rixouse, La (39)

L’érection de la paroisse de la Rixouse, comprenant aussi le territoire de Morbier et de Bellefontaine, date de la fin du XIII ? et s’établissait sur l’ancien territoire de la paroisse de St Lupicin.
Des baptêmes concernant des habitants de La Rixouse se trouvent dans les registres de Morbier à partir de 1560.
Des registres paroissiaux existent depuis 1595.

Romain (39)

Pour l’Ancien Régime, voir Mercey-le-Grand (25).
Fusionné avec Vigearde (39) en 1825.

Roset (25)

Antorpe, Berthelange, Ferrières-les-Bois, Salans et Roset font partie au bas Moyen Age et aux Temps modernes de la paroisse de Saint-Vit.
Roset (aujourd’hui Roset-Fluans – Doubs) devient paroisse en 1760 environ et on y trouve des registres dès cette année.
Roset-Fluans : Village créé au XIXe siècle par le fusionnement de Roset, Fluans, La Corne-de-Chaux et Château-le-Bois.

Rousses, Les (39)

La paroisse :
La paroisse de Septmoncel avait charge du territoire des Rousses à l’est de l’Orbe et du lac, et Longchaumois côté ouest. Donc avant 1613 il faudrait chercher les actes ou à Septmoncel (existent depuis 1595) ou, théoriquement, à Longchaumois (n’existent que depuis 1655).
En 1613 la paroisse distincte des Rousses est établie, se dégageant des paroisses de Longchaumois et Septmoncel, mais non avant un procès où Longchaumois et Septmoncel, craignant la diminution de leur commerce local, s’opposèrent à cet établissement.
Des baptêmes concernant des habitants des Rousses se trouvent dans les registres de Morbier dès 1613.
On trouve les relevés de baptêmes des Rousses à partir de 1616 et ceux-ci sont sur le site du G2HJ.
Petit récapitulatif sur les registres des Rousses en accord avec Stéphane Arbez Gindre : Il n'existe qu'un seul registre pendant la période 1616 (création de la commune) à 1688… Celui des mariages et décès de la même période a disparu et c'est fort dommage. (La guerre de 30 ans est passée par là.)… Les registres reprennent en 1688 et non 1692. En mairie des Rousses il n'y a que celui de 1692. Les registres de 1707 à 1736 ont disparu soit disant dans l'incendie de l'église. Il existe des registres de la période 1737-1791.
La communauté :
« Les titres nous montrent des albergataires à Septmoncel, à Longchaumois et aux Rousses dès le 13e siècle ». Mais peut-être les premiers abergements ne furent-ils que saisonniers.
Au début de la colonisation, les Rousses n’étaient qu’une simple expression géographique. La partie des Rousses qui comprend aujourd’hui le Vivier, les Rousses d’Amont, le Village, le Sagy et Trélarse, peuplés en grande partie de Mouillerands et de Bellefontainiers, appartenait à la communauté de la Mouille.
En 1644, la communauté ou commune de la Mouille, qui comprenait les Rousses et Bois-d’Amont...
En 1667, un accord accorde presque tout le Sagy à la communauté des Rousses-la Mouille.
Dans le courant du XVIIIe siècle se constitue la Communauté des Rousses-Bois d’Amont qui se sépare de la Communauté La Mouille-Morez. La date exacte de ce démembrement n’est pas connue. La coupure s’est fait insensiblement…
Vers 1725, la Mouille-Morez se séparèrent complètement des Rousses, et, en 1757, les Landes devenues Bois-d’Amont se séparèrent à leur tour des Rousses. La communauté s’identifia alors à la paroisse.

Saint-Vit (25)

Il existe des actes de baptême dès 1541.

Salans (39)

Antorpe, Berthelange, Ferrières-les-Bois, Salans et Roset font partie au bas Moyen Age et aux Temps modernes de la paroisse de Saint-Vit.
Salans est devenu paroisse en 1717. Aux Archives Départementales le microfilm de la série du greffe commence en 1737.
Comme preuve que les miracles se produisent parfois, en 2006 une source a écrit que les registres de la période 1717-1739 avaient disparu. Quatre ans plus tard, la même source a pu ajouter que « les registres 1717-1737 sont réapparus, ils ont été microfilmés et sont aujourd'hui en 2 Mi aux AD du Jura ».

Septmoncel (39)

« Les titres nous montrent des albergataires à Septmoncel, à Longchaumois et aux Rousses dès le 13e siècle ». Mais peut-être les premiers abergements ne furent-ils que saisonniers.
Registres de 1595 jusqu’au présent.
Des baptêmes concernant des habitants de Septmoncel se trouvent dans les registres de Morbier dès 1579.
On trouve sur le site du G2HJ les relevés de baptêmes de Septmoncel à partir de 1654.

Tancua (39)

Des baptêmes concernant des habitants de Tancua se trouvent dans les registres de Morbier à partir de 1560.
Puis Morbier devint église succursale le 8 mars 1593 et comprenait Bellefontaine, Tancua et le Bas de Morez.
En principe les RP de Tancua se trouvent avant la Révolution à La Rixouse paroisse Saint-Michel. A la Révolution, Tancua a un état civil à partir de 1793 jusqu'en 1892.
On trouve sur le site du G2HJ les relevés de baptêmes de Tancua dès 1793.
La commune de Tancua étant maintenant rattachée à Morbier depuis janvier 2007, l’état-civil de Tancua est à Morbier.

Vigearde (39)

Pour l’Ancien Régime, voir Mercey-le-Grand (25).
Fusionné avec Romain (39) en 1825.

Villard – Probablement Villard sur Bienne (39)

Des baptêmes concernant des habitants de « Villard » se trouvent dans les registres de Morbier à partir de 1560.

Villars-Saint Georges (25)

Registres paroissiaux dès 1677.

Viseney, Le (39)

Pour l’Ancien Régime, voir Bersaillin (39).

Linda Reverchon
linda_reverchon(à)telus.net
Novembre 2010

Notes :

Sévilla
Sinibaldi, pièce jointe à son courriel du 15 novembre 2010
AD du Doubs
Courtieu
Cuer, Rochet et Vaucher, page 109
Cuer, Rochet et Vaucher, page 130
Paget, courriel du 2 février 2009. Le point d’interrogation est le sien.
Rousset, pages L-462 et L-463
Paget, courriel du 2 février 2009
Cuer, Rochet et Vaucher, page 136
Genoudet, page 49
Genoudet, page 26
Cuer, Rochet et Vaucher, page 137
Courtieu
Berthet, page 55
Rousset, page B-270
Rousset, page B-270
Cuer, Rochet et Vaucher, page 145
Berthet, page 213
Genoudet, page 37
Cuer, Rochet et Vaucher, page 155
Sinibaldi, pièce jointe à son courriel du 15 novembre 2010
Cuer, Rochet et Vaucher, page 185
Sinibaldi, « Roset-Fluans (25) »
Sinibaldi, « Roset-Fluans (25) »
Cuer, Rochet et Vaucher, page 194
Cuer, Rochet et Vaucher, page 204
Sinibaldi, pièce jointe à son courriel du 15 novembre 2010
Sinibaldi, « Roset-Fluans (25) »
Cuer, Rochet et Vaucher, page 223
Cuer, Rochet et Vaucher, page235
Cuer, Rochet et Vaucher, page 272
Sinibaldi, dans le courriel du 12 septembre 2005 de Nicole Rosain
Cuer, Rochet et Vaucher, page 273
Sinibaldi, « Roset-Fluans (25) »
Sinibaldi, « Roset-Fluans (25) »
Cuer, Rochet et Vaucher, page 284
Cuer, Rochet et Vaucher, page 308
Cuer, Rochet et Vaucher, page 324
Thiébaud
Rousset, pages L-462 et L-463
Cuer, Rochet et Vaucher, page 327
Cuer, Rochet et Vaucher, page 327, renvoi en bas de la page
Thiébaud. La première partie de la citation est de Rousset, sa notice sur Prémanon, tome V, page P-332.
Genoudet, page 26
Cuer, Rochet et Vaucher, page 340
AD du Doubs
Cuer, Rochet et Vaucher, page 383
Paget, courriel du 2 février 2009. Le point d’interrogation est le sien.
Rousset, pages L-462 et L-463
Cuer, Rochet et Vaucher, page 395
Bailly Basin
Genoudet, page 35
Paget, courriel du 2 février 2009
Genoudet, page 49
Genoudet, page 26
Rousset, pages L-462 et L-463
Genoudet, page 35. Il ne donne pas de date.
Paget, courriel du 2 février 2009
Genoudet, page 44
Cuer, Rochet et Vaucher, page 396
Berthet, page 213
Rousset, page M-411
Rousset, pages L-462 et L-463
Paget, transcription dans son courriel du 31 décembre 2007 : Petit Jean Benoist Bonnefoy de Septmoncel et Jacquina Paget fille de feu François Paget … et de feu Anathoila Chavin de la Moille paroissiens de Lonchaumois…
Genoudet, page 49
Berthet, page 259. Sa source pour ces informations était peut-être l’Histoire de l’Abbaye et de la Terre de Saint-Claude, œuvre de Dom Benoit.
Berthet, page 213
Berthet, page 213
Genoudet, page 51
Cuer, Rochet et Vaucher, page 419
Orcières ne figure pas dans la liste des villages dans le Nouveau Guide du généalogiste et du biographe dans le Jura
Genoudet, page 26
AD du Doubs
Sinibaldi, pièce jointe à son courriel du 15 novembre 2010
Cuer, Rochet et Vaucher, page 435
Cuer, Rochet et Vaucher, page 447
Rousset, pages L-462 et L-463
Cuer, Rochet et Vaucher, page 458
Cuer, Rochet et Vaucher, page 467
Cuer, Rochet et Vaucher, page 468
Paget, courriel du 2 février 2009. Le point d’interrogation est le sien.
Cuer, Rochet et Vaucher, page 474
Cuer, Rochet et Vaucher, page 476
Cuer, Rochet et Vaucher, page 575, sous « Vigearde »
Courtieu, cité dans le courriel du 2 octobre 2006 de Pierre Sinibaldi
Sinibaldi, son courriel du 2 octobre 2006
AD du Doubs
Sinibaldi, « Roset-Fluans (25) »
Berthet, page 55
Berthet, page 55
Cuer, Rochet et Vaucher, page 481
Paget, courriel du 27 août 2010
Thiébaud. La première partie de la citation est de Rousset, sa notice sur Prémanon, tome V, page P-332.
Berthet, page 212
Berthet, page 259. Sa source pour ces informations était peut-être l’Histoire de l’Abbaye et de la Terre de Saint-Claude, œuvre de Dom Benoit.
Berthet, page 213
Genoudet, page 36
Berthet, page 213
AD du Doubs
Courtieu
Sinibaldi, courriel du 2 octobre 2006
Cuer, Rochet et Vaucher, page 510
Sinibaldi, courriel du 2 octobre 2006
Sinibaldi, pièce jointe à son courriel du 15 novembre 2010
Thiébaud. La première partie de la citation est de Rousset, sa notice sur Prémanon, tome V, page P-332.
Cuer, Rochet et Vaucher, page 531
Paget, courriel du 2 février 2009
Breton-Duplaix
Girod
Cuer, Rochet et Vaucher, page 575
Cuer, Rochet et Vaucher, page 575
AD du Doubs

Bibliographie :

Archives Départementales du Doubs, répertoire 5 Mi ADD-2006. L’exemplaire que je possède est en format de tableur Excel.

BAILLY BASIN, Paul, relevés des baptêmes dans les registres de Morbier, document en format Word

BERTHET, Marc, Les Rousses, Société d’émulation du Jura (Lons le Saunier, 1988)

BRETON-DUPLAIX, Michel, son courriel du 1e mars 2009 adressé au forum du G2HJ

COURTIEU, Jean (sous la direction de), Dictionnaire des communes du Département du Doubs, Editions Cêtre, (Besançon 1987), tome 6 - pages 2931 à 2940. Il est cité par Pierre Sinibaldi dans un courriel du 2 octobre 2006.

CUER, Georges, Christian ROCHET et Jean-Louis VAUCHEZ, Nouveau Guide du généalogiste et du biographe dans le Jura, Archives Départementales du Jura (Monmorot, 1999)

GENOUDET, Maurice, Historique de Morez, publié par la commune de Morez (Imprimerie la Biennoise, Morez, 1976)

GIROD, Jean-Marie, son courriel du 28 février 2009 adressé au forum du G2HJ

PAGET, Alain Clément, divers courriels adressés au forum du G2HJ

ROUSSET, Alphonse, Dictionnaire Géographique, Historique et Statistique des Communes du département du Jura

SEVILLA, Jean, « Le français, langue de l’Etat », Le Figaro Magazine, 25 juillet 2009, page 33

SINIBALDI, Pierre, divers courriels

SINIBALDI, Pierre, « Roset-Fluans (25) », dans Généalogie Franc-Comtoise no 112, pages 59 à 62

THIEBAUD, Jean-Marie, « Le Peuplement du Haut-Jura – Les mouvements migratoires du Moyen Age à la fin du 19e siècle », discours prononcé à l’occasion de la réunion annuelle du G2HJ à Prémanon (39) le 22 août 2009

 

opticien, opticiens, prost-tournier, Cannes