La paroisse.

A. définition

Le mot paroisse au Moyen Age recouvre des réalités complémentaires: cellule de base de l'organisation diocésaine et comprend:

 

1/ une église mère où se déroulent obligatoirement les principales actions de la vie des fidèles depuis le baptême jusqu'à la sépulture. Certains des exercices cultuels peuvent, pour des raisons de commodité, se dérouler dans les églises annexes appelées généralement chapelles.

Cependant, tous les paroissiens sont tenus de faire baptiser leurs enfants, d'enterrer leurs morts dans l'église mère et d'assister dans cette dernière aux offices de certaines grandes fêtes comme Noël, Pâques et la Pentecôte.

Si seule l'église paroissiale possède un baptistère et un cimetière, depuis la fin du XI∞ siècle certains monastères ont acquis le droit d'avoir leur propre cimetière, avec l'autorisation d'y inhumer, sous certaines conditions, non seulement leurs religieux mais aussi des laïcs.

chapelles

succursales

 

2/ le territoire délimité.

Cette assise territoriale, placée directement dans l'obédience de l'édifice cultuel pour assurer l'accomplissement des pratiques et des actes de la vie religieuse des fidèles, a des dimensions variables selon les régions et selon les situations particulières; elle comprend fréquemment plusieurs localités ou hameaux, d'où l'existence de chapelles.

Au cours des siècles, la création de paroisses nouvelles a démembré le territoire primitif comme le montre celui de l'immense Terre de Saint Claude.

<>

 

3/ le personnel ecclésiastique.

A la tête de la paroisse se trouve un prêtre, désigné par l'évêque et responsable devant lui, le curé (recteur ou pasteur dont le rôle essentiel est le soin des âmes. Dans ses fonctions le curé peut se faire aider par divers auxiliaires: vicaires, clercs et parfois chapelains. Certains sont aussi prêtres et vicaires tel le sieur Reverchon prêtre et vicaire en chef de Bois d'Amont.

 

4/ la communauté de fidèles.

Elle est astreint à accomplir dans la paroisse leurs obligations religieuses. Du baptême jusqu'aux funérailles, le paroissien est le sujet de la paroisse: il doit y entendre la messe dominicale, s'y marier, y verser les oblations etc... Le concile de Latran en 1215, a même renforcé cette attache en imposant la confession annuelle à son curé. Ainsi la paroisse lie et renforce la cohésion de tous ces gens habitués à se retrouver dans la même église pour les étapes marquantes de leur vie; aussi il n'est pas étonnant que ce cadre paroissial serve aussi de base à une organisation administrative. Cette communauté pourvoit à certains besoins matériels du curé et lui assure une partie de sa subsistance selon les règles fixées par la législation canonique: manse ecclésiastique, attribution des dîmes du territoire patronal, offrandes des fidèles. Le démembrement d'une paroisse était source de conflits entre prêtres pour la répartition des ces profits.

 

B. Création de paroisses et de chapellenies.

La carte des paroisses n'a pas été élaborée un fois pour toutes; elle a suivi bien au contraire les efforts de colonisation des campagnes menés par le clergé séculier et régulier: elle s'est adapté à chaque fois aux besoins des populations nouvelles et à la mise en valeur des régions.

Les premiers démembrement s'opèrent au XI ème siècle par la fondation du prieuré de Mouthe, au XII∞ siècle par les châtellenies de RocheJean et de ChatelBlanc et à la fin du XIII∞ siècle par l'érection de la paroisse de la Rixouse qui comprenait aussi le territoire de Morbier et de Bellefontaine,et cette paroisse de la Rixouse s'établissait sur l'ancien territoire de la paroisse de St Lupicin. Puis Morbier devint église succursale le 8 mars 1593 et comprenait Bellefontaine, Tancua et le Bas de Morez.

 

les auxiliaires:

Le chapelain chargé d'une chapelle et célébrant les messes anniversaires ou des services religieux hebdomadaires.

Le vicaire a pour rôle d'assister le curé et le remplacer pour l'administration des sacrements. Il est tenu d'assister chaque jour à la messe paroissiale.

Le marguillier peut avec la permission du curé, officier et d'administrer les sacrements et d'assister chaque jour à la messe paroissiale. Il porte la cloche et la lanterne devant l'eucharistie lorsque le prêtre donne la communion aux fidèles, porte la croix devant le corps du défunt lors des enterrements et présenter la table de paix lors des bénédictions nuptiales.

Il peut être aidé d'un vice-marguillier