La panoplie de l’amateur éclairé

Qui prétend que nous manquons de moyens ? Voici 28 outils de base, indispensables à qui veut s’enrôler « Sus aux VANDALES » ou toute autre recherche.

Certains désespèrent après la trace fugitive d’un ancêtre dans un désert inhabité.

Pour d’autres, confrontés aux furieuses hordes d’homonymes VANDELLE des plateaux du Haut-Jura entre XIVème et XVIIème siècle, c’est pire que le métro aux heures de pointe.

Remercions collectivement tous les releveurs anonymes, Jean-Louis BENOIT-GUYOD, Alain C. PAGET et tous mes cathodiques amis de G2HJ, tous miens cousins, d’avoir abondamment nourri cette réflexion.

 

1 La carte du parti

Le Sésame : Hors du Parti, aucun avenir dans l’étude du passé !

Prendre vite sa carte d’adhésion G2HJ, CGS ou autre, se roder au déchiffrement des actes BMS en agissant comme releveur bénévole, partager ses travaux et participer activement à la vie de l’association, voilà de quoi booster de façon exponentielle l’efficacité personnelle dans les multiples aspects de ses propres recherches. J’en fais tous les jours l’expérience.

 

2 La pince-à-lire-dans-la-pliure

Fortement recommandée, d’autant que bien des releveurs bénévoles, hélas souvent trop peu payés, n’en étaient pas équipés.

 

3 La loupe-à-déchiffrer-à-travers-les-taches

Outre le zoom dont on peut librement abuser, un petit truc lorsqu’on consulte les archives départementales ou tout autre document digitalisé, notamment les redoutables « pages avec transparence » : Faire varier l’inclinaison de l’écran de l’ordinateur portable, la modification différentielle du contraste rend parfois lisible le texte à déchiffrer.

 

4 La plume-à-corriger-les-actes des inévitables erreurs ou oublis des scribes

Horreur, oser corriger un acte ! Sulfureuse pratique … hélas impossible à bannir.

Qu’il le dise, celui qui ne l’a jamais fait.

Cela mériterait d’être soigneusement encadré par les autorités compétentes.

 

Alain nous communique récemment un joli document sur « Claude-François MAYET-TISSOT né 12/03/1715 à Morbier, puis émigré dans l’ile de La Dominique », ça fait rêver, mais c’est à plus de 10 km.

Trahison ! Le relevé d’acte [RP 1713-1737, G_8] immédiatement trouvé sur G2HJ ne mentionne que « Claude-François MAYET né 12/03/1715 à Morbier ».

Cas d’école !

L’outil suivant n°5, « la charrette à ratisser large », ne nous autorisera-t-il pas à reprendre le scribe et de corriger son (sacro-saint ?) écrit en le suspectant d’oubli ou de paresse ?

Car il suffit de produire quelques actes concernant les autres enfants du même couple, lesquels attestent parfaitement le patronyme MAYET-TISSOT.

N’est-ce pas avec juste raison que l’on « fait » cette correction de l’acte du 12/03/1715 ?  

 

Une longue liste de tels exemples navrants pourrait certainement être dressée, mais cela ne justifiera pas toujours les excès auxquels on sera fort tenté de se laissé aller pour apporter les preuves qui nous font défaut.

Saurait-on établir une forme de tribunal d’inspiration ecclésiastique pour juger et pardonner les cas litigieux ?

 

5 La charrette des enfants-beaux-frères-arrière-petits-neveux-filleuls-témoins voire voisins divers

Rassembler systématiquement et sans retenue tout l’environnement proche !

Vouloir ne suivre rigoureusement que « La lignée », uniquement celle des altiers Porteurs du Nom, des « Hommes » évidemment, conduit inéluctablement le chercheur dans le fossé !

Non seulement la lignée a eu besoin du concours des femmes pour se perpétuer, mais l’examen de tous ces lointains cousins, bien que parfois peu reluisants et qu’on eut préféré oublier, apporte parfois des confirmations suppléant aux insuffisances dudit scribe, évoquées à l’outil n°4 !

 

Au risque de se laisser séduire par le capiteux vertige du nombre d’individus !

Qui n’en a pas 100 000 a l’air minable sur Geneanet.

 

Un bel exemple, la confusion entre Jean Benoit FORESTIER et Jean BENOIT FORESTIER, levée par Alain tout à la fin d’un ratissage désespéré.

 

Mais alors, pourquoi l’homme du nombre record de Jean-Baptiste VANDELLE n’a-t-il pas daigné prendre en considération le mariage 21/02/1764 d’une Marie-Hélène (1720-1776) fille d’un Jean-Baptiste VANDELLE et, c’est selon, comme on veut, d’une Marie-Thérèse CHRISTIN, CRITIN, CRETIN ou CRÉTIN ?

D’ailleurs, habitant moi-même un fond de vallée des Alpes, les parents étant mes SOSA330-331, ma préférence irait accessoirement à la forme CHRISTIN ?.

Ce mariage est mentionné dans la table AB40 de l’abbé BERTHET, certes taxée d’être « non exempte d'erreurs ».

Mieux, il est également allégué par G2HJ, de plus consultable aux AD-39, que lui manque-t-il donc pour être reconnu ?

Rayé d’un trait de plume-à-corriger-les-actes ?

Querelles de chapelles avec l’abbé ?

« Charrette » prônée par Jean-Louis ?

 

6 La consanguinité

Bon courage !

Alain ayant produit le texte d’un édifiant « procès-verbal de demande de dispense 1743 VANDELLE-VANDELLE » tout droit tiré du fond 3G/23 des AD, où le curé établit la généalogie des fiancés sur 4 générations sur la foi de 4 témoins assermentés, je crois rêver.

Convocation immédiatement de tout ce monde par devant la Sainte église des Rousses pour vérifier leurs dires et mettre à plat le mécanisme de l’empêchement de consanguinité au 4ème degré égal.

Mes aïeux !

Après sept nuitées de décryptage fiévreux, c’est une foule houleuse selon Geneanet, 250 VANDELLE selon les estimations de la police contrôlant nerveusement leurs attestations dérogatoires périmées téléchargées sur sites peu recommandables comme g2hj, l’affaire est des plus embrouillées, des témoignages contradictoires, veuvages en série, pléiade de médiatiques orphelines, des sans-papier, trafic généralisé d’homonymes, présence sous-jacente très discrète de puissantes familles, notaires et échevins s’affichant un peu trop souvent aux repas de noces, la situation dérape en imbroglio indépatouillable ...

Avec ça, disparus, nos tourtereaux, mine de rien ! … Faire quoi ?

 

7 La quête-aux-actes-et-docs-fournis-de-bon-cœur-par-tout-un-chacun

Le bonheur d’appartenir à une association comme G2HJ, voire à plusieurs, multiplie la floraison de ces sympathiques coups-de-main, gratuits de plus :

 

VANDEL dans le dictionnaire biographique genevois de la part de Philippe

Origine et signification du nom VANDELLE et Origine des VANDELLE de la part de Jean-Louis

 

8 Les tables-parfois-suspectes de l'Abbé BERTHET

Absolument magnifiques, reproduites en toute beauté sur le site G2HJ.

On se demande encore où l’abbé est-il allé chercher tout ça ?

 

9 La chasse à l’homonyme

Contraint forcé, j’ai dû pratiquer cette chasse à l’homonyme !

Il faut le reconnaitre, c’est aussi fastidieux qu’incontournable.

 

Ça commence assez vite par une interrogation bien ciblée de la base de données G2HJ, typiquement sur le radical « NDEL » pour les 11 orthographes VANDELLE déjà rencontrées !

On peut également s’aider des sites Geneanet, parti au début de 37 naissances d’homonymes de Jean-Baptiste VANDELLE, puis vite 53 naissances sur G2HJ, puis 80 naissances sur le site Geneanet de Jean-Louis, pour finir à plus de 84 naissances en combinant les deux !

 

Heureusement, pour mettre sans coup férir la main au collet de mon SOSA, compte-tenu des autres éléments disponibles, j’ai pu restreindre la comparution des homonymes à six suspects sérieux, les seuls nés entre 1688 et 1712.

 

Ouf, car SOSA330 Jean-Baptiste VANDELLE traine un lourd dossier derrière lui, père de 18 Marie-Amable homonymes en lice, lesquelles étaient mères de 8 Claude-François BONNEFOY homonymes également en lice.

Bien qu’épuisés autant que moi, ces homonymes aient quasiment tous été mis hors de combat, le feu couve sous la cendre, notamment tant qu’on n’a pas retrouvé les actes (et homonymes) manquants selon l’outil suivant n°10.

 

Tout ça pour contrôler la filiation d’à peine 5 individus circulant comme ça, sans masques, ni papiers, ni attestations d’aucune sorte : Pierrette-Adélaïde °16/03/1783, fille de Claude-François BONNEFOY °22/01/1756, fils de Marie-Amable VANDELLE °06/09/1724, fille de Jean-Baptiste °13/12/1700, fils de Claude-Joseph °13/03/1667.

Retords, ces VANDELLE !

 

10 Le tableur-miroir-des-non-mariés-jamais-décédés identifiant les actes manquants ou perdus

L’arme secrète d’Alain, l’assurance de la victoire finale.

On y vient tout naturellement, lorsque l’on fait la chasse aux homonymes.

 

« Si je regarde pour mon nom entre 1688 et 1792 période relativement complète (sauf mariage 1707-1736), je rassemble 1212 naissances et 422 mariages (ce qui fait une moyenne de 3 enfants par couples), ainsi que 715 décès. Avec un tableur, je peux compléter les actes dont les parents manquent, mais après bien sûr moultes vérifications. A la fin il me reste un certain nombre qui ne sont ni mariés, ni décédés. Puis je complète … »

 

Cette prometteuse méthode mériterait d’être illustrée dans le détail sur un édifiant cas d’école, montrant comment recréer un ou deux actes manquants ou perdus, l’utilisation optimale des éléments dont on dispose pour effectuer lesdites « moultes vérifications ».

 

En attendant, espérons qu’un jour ces trop nombreux rodeurs-jamais-décédés répondront des horribles frayeurs éprouvées certains soirs sans lune aux abords du lac des Rousses noyé dans la brume.

 

11 La colle-à-remembrer-les-aïeux

N’allez pas croire que nos aïeux VANDELLE étaient, comme nous le sommes aujourd’hui, affublés d’un corps bourré d’hormones et d’antidépresseurs, truffé de prothèses, d’implants et de smartphones.

Curieusement, pas du tout.

Physiologiquement, ils étaient notoirement constitués d’un acte de baptême, d’un acte de mariage, parfois de plusieurs, et d’un acte de sépulture.

Les règles étaient strictes à l’époque, on ne naissait qu’une fois. Certes, à la consternation des mères, on n’attendait pas toujours la bénédiction nuptiale pour agir, certains mécréants tâtaient même de pactes diaboliques pour couper à la dernière obligation.

 

Grâce à la magique colle-à-remembrer-les-aïeux, on les reconstitue, complets, beaux comme neufs, prêts à l’emploi, à partir des collections de nés-sans-suite, de mariés-sorti-de-nulle-part et de jamais-décédés en les combinant avec les indispensables compléments fournis Dieu-merci-comment par la providence ou miraculeusement générés par l’outil précédent n°10.

Attention, n’en mettre ni sur les doigts, ni sur les yeux, malheur aux fusions hâtives dans GENEATIQUE ou HEREDIS et aux lendemains qui déchantent.

 

12 La paire-de-ciseaux-à-couper-les-cheveux-en-quatre

Certains outils sont parfois délicats à mettre en œuvre, attention lorsqu’on touche au prestige, intérêts, positions.

 

Pouvais-je me permettre d’intervenir gratuitement dans ce mariage de Jacques LAMY-CHAPUIS du 02/09/1687, que j’attribue à Marie-Jeanne VANDELLE °1665, la plus jeune de deux sœurs, alors que Jean-Louis l’attribue de son côté à Jeanne VANDELLE °1664, la plus âgée des 2, mais laquelle je suppose être morte-en-bas-âge (MEBA), arguant de ce que les parents ne vont pas donner 2 fois le même prénom « Jeanne » à un an d’écart, prétendant que souvent le préfixe Marie- est élidé, omis ou occulté, tant dans la vie courante que dans les actes.

Jean-Louis dira-t-il que les actes des 3 enfants qu’il attribue à ce couple mentionneraient Jeanne-tout-court comme prénom de la mère ?

 

Tout ce bruit pour calmer 2 sœurs qui se le disputent toujours, 334 ans plus tard, ledit Jacques devait être bien fait de sa personne !

Aïe ! Je sens le ton monter …

 

Puis-je me permettre de vous faire remarquer qu’étant donné que Jeanne et Marie-Jeanne sont incontestablement placées sous la responsabilité de mes propres SOSA1320-1321, de ce fait, j’ai le devoir et le droit de les représenter (Hum ! Enfin … si un jour j’arrive vraiment à être sûr* de ma filiation !), à meilleur titre que Jean-Louis malgré tout le respect dû à ses compétences universitaires ainsi que l’apport considérable de sa généalogie très fournie et de ses recherches remarquables sur les VANDELLE.

* A propos d’être sûr de ce que je raconte … confus, je présente toutes mes excuses, je m’aperçois entre-temps que Jean-Louis, lui, est bien mieux placé que moi pour trancher, il descend directement de l’une des deux sœurs, j’espère pour lui qu’il a choisi la bonne !

 

Plus on coupe les cheveux en quatre, plus ça devient délicat.

Outil d’un intérêt absolument remarquable, un défunt Président aurait dit, "ça m'en secoue une sans faire bouger l'autre".

 

13 Les traditions orales de nos arrière-grand-mères

Dixit celui qui vérifia que 19 fois sur 20 les "mémoires collectives familiales" sont fausses.

Il attend toujours la vingtième, dès fois qu’elle soit exacte.

 

14 Les papiers de famille si l’on a la chance d’en avoir

La dernière porteuse de ce nom VANDELLE parmi mes ascendants est décédée depuis plus de 250 ans !

Aucune chance, n’est-ce pas, peine perdue ?

Je vérifie par acquis de conscience.

Aucune enveloppe « VANDELLE » dans les rares papiers rassemblés il y a bien longtemps par mon père.

Puis dans l’enveloppe BONNEFOY, famille alliée aux VANDELLE, absolument rien … sauf, en y regardant à deux fois, l’émouvant récit d’un voyage à Saint-Gervais en 1823 par Sophie VANDELLE, demi-cousine-issue-de-germaine de SOSA41, jusqu’ici négligée, vite intégrée dans la généalogie grâce à cette fine brochure publiée il y a 52 ans par son arrière-petit-fils !

Avec en prime la touchante reproduction de son joli portrait perdu, souriante et unique image à ce jour de ces innombrables VANDELLE …

 

15 Le recours aux testaments, contrats de mariage et autres actes notariés ou juridiques

Série B et série 4 E aux Archives départementales, registres d'audience, jugements, sentences, nominations de magistrats comme les notaires ou les procureurs d'offices, contrats de mariages et testaments, de beaux exemples vus ensemble dans l’atelier de paléographie G2HJ !

Trois inventaires sur le site G2HJ :

  • AD39_Répertoire revu_RDF_8 B 17.pdf

  • Grande Judicature de Saint-Claude 8 B 224 répertoire.pdf

  • AD39_Répertoire revu_RDF_8 B 19.pdf

 

16 Les recensements et documents militaires, dénombrements et montre d'armes,

Un comble, je n’ai aucun exemple à produire pour le patronyme VANDELLE, évoquant les « hommes de patrouille sur les frontières des hauts plateaux », faute d’avoir cherché, notamment dans le portail culturel du ministère des armées, Légion d'Honneur, médaillés de Ste Hélène.

https://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/

https://www.geneanet.org/blog/post/2020/10/matricules-napoleoniens-850-000-soldats-indexes

 

17 L'utilisation des listes de gabelle et documents fiscaux

Ils durent bien payer leur écot, ces si nombreux VANDELLE ...

 

18 Les Voix-du-Seigneur

Comment l’abbé BERTHET documentait-il ses fameuses tables de l’outil n°8 ?

N’avait-il pas accès à des enregistrements à caractère religieux restés cachés au presbytère ou directement auprès de l’évêché ?

Bénéficiait-il avant l’heure d’une connexion à la série G ?

Avec la déchristianisation, l’Iman saura-t-il nous tuyauter ?

 

19 La méfiance envers les récits d’historiens

Dans le cas des VANDELLE, Jean-Louis BENOIT-GUILLOT a brillamment tenu tête à des personnalités que l’on eut cru dignes de solides références … se méfier pourtant au plus haut point de l’avocat CHRISTIN de Saint-Claude, du révérend père Dom Paul Benoît et de Voltaire lui-même.

Bien qu’illustres représentants d’époques où l’on croyait à l’excellence de l’éducation reçue, ils cumulent fautes de vocabulaire et grammaire latine, la base !

Le désastre, c’est lorsqu’ils fournissent de l'information généalogique qui n’est qu’accessoire dans leur propos.

Lorsqu’ils se cantonnent dans leur domaine d'historien, ils seraient en général parfaitement fiables (« parole d’historien »).

 

20 La fidélité sans faille aux sources sûres

Qui n’en est pas convaincu ? Les actes originaux, toutes les pistes sont bonnes pour y remonter.

 

21 Les promenades dans les cimetières

Promenades nostalgiques dans les cimetières, lieux de mémoire s’il en est, aux inscriptions gravées dans la pierre, mais aussi toutes les mentions présentes sur monuments et statues.

Contributions notamment de Thierry FAURE DAVID-NILLET à travers le projet cimetières de Geneanet.

 

22 Les fratries toute reconstruites sur Geneanet et ailleurs

Parlant de pistes, tant de généalogistes publient, que le temps manque (Vivement la quatrième vague) pour les passer méticuleusement en revue.

Comment distinguer les bons : revoir le sketch des Inconnus sur les chasseurs (https://www.youtube.com/watch?v=QuGcoOJKXT8).

 

Quels critères de sélection ? Membre G2HJ ? Sommes-nous cousins ? Combien de Jean-Baptiste VANDELLE alignez-vous ?

Abbés BERTHET Oncles au 15ème degré, déjà 2 Jean-Baptiste VANDELLE dans table AB40, et des charrettes dans AB230 à AB247

Geneanet jlbenoitguyod Cousin au 20ème degré, impressionnante collection de plus de 80 naissances de Jean-Baptiste VANDELLE

Alain Cousin (?) à tous les coups, 55 naissances de Jean-Baptiste VANDELLE

Geneanet chelemeg Oncle au 17ème degré, fichtre, un seul Jean-Baptiste VANDELLE ?

Jacques BERTHET Cousin au 20ème degré, 9 Jean-Baptiste VANDELLE

Colette GROSSIORD Cousine au 18ème degré, ça alors, aucun Jean-Baptiste VANDELLE !

Geneanet alainmh Cousin peut-être (?), à peine 14 Jean-Baptiste VANDELLE noyés parmi 87179 individus, allez comprendre !

Laurent PROST-LAUTREY de JOUX étique, 6 Jean-Baptiste VANDELLE, impubliable question fiabilité !

 

Remuez votre champ dès qu’on aura fait l’oût.

Creusez, fouiller, bêchez ; ne laissez nulle place

Où la main ne passe et repasse. Jean de LA FONTAINE

 

23 Les dicos et antisèches

A user sans modération :

Paléographie * http://rdetarragon.chez-alice.fr/

Dictionnaire GODEFROY de l'ancien français http://micmap.org/dicfro/search/dictionnaire-godefroy/

Lexique de l'ancien régime http://provinces.francaises.free.fr/index.htm

 

24 La table tournante

Fut très pratiquée au XIXème, inoubliables transes aux résultats incroyables. Se méfier du petit bout de la queue du chat.

 

25 La généalogie génétique

Patientez un siècle ou deux, une salvatrice application de cette fabuleuse technique livrera enfin les ultimes précisions sur les inextricables filiations des hordes de VANDELLE des plateaux du Haut-Jura entre XIVème et XVIIème siècle.

 

26 Prendre le temps de prendre son temps.

Dixit Alexandre le bienheureux.

Est-ce un outil du chercheur ou un facteur de perte de la mémoire ? Le temps n’a aucune importance (cf. Le 5ème élément).

27 La machine à remonter le temps.

Le nec plus ultra. Confer “Back to the future“. Remplace avantageusement l’intégralité de la boite-à-outil. Je préfère prévenir … réservé à ceux qui ont les moyens.

28 La récompense : le café noir.

Le café noir qui permet au généalogiste de passer des nuits blanches. Pour que la feuille ne reste pas blanche et éviter de sombrer dans noir c’est noir, Alain vous recommande de coucher vos idées noires sur une feuille blanche, alors miracle, vos cellules grises s’activent …

 

Ugine, 19/06/2021, version augmentée grâces à d’innombrables contributions

Laurent Prost-Lautrey de Joux, Val d’Arly Tarentaise … et G2HJ