Cahier N° 4 du 28 janvier 1906 page 19

 

                                     Les Rousses

                                    historique et descriptif

                                                           ~~~~~~~~~~

             Vallée des Dappes.  Nouveau procès (1527) suite

 

Jean Maillet de Trelex âgé de 70 ans se souvenant de 50 ans

environ "dit qu’il sait bien que les monts et joux au dessus de Nyon

avec toute la juridiction appartiennent au duc de Savoye jusqu’au

lieu de l’Etroit de Mijoz. En particulier il a vu plusieurs fois gager

des écorceurs de Gex au lieu près le Monteysel par les dits offi-

ciers de Nyon. Et il dit qu’il fut autrefois berger de plusieurs trou-

peaux et les pâturait par ces monts jusqu’au lieu de Monteysel et

au-delà à son gré sans aucune contexte au su de plusieurs de saint

Cierges (1) .Interrogé s’il a jamais vu tenir la cour à St Cierges a dit

que oui, souvent, sur la rue, sans conteste aucune."

 

Claude Maillet de St Cierges de Joux âgé de 40 ans,

se souvenant de 30 ou environ interrogé de quel seigneur et prince

il est sujet et s’il connaît le lieu dit Etroit de Mijoz ou non et s’il

a jamais vu, user de la juridiction sur les dits monts et joux jus-

qu’à l’Etroit de Mijoz par les officiers de Savoye, dit sous son ser-

ment qu’il est des sujets du révérend seigneur de St Claude com-

me il l’entend et qu’il connaît bien l’Etroit de Mijoz et qu’il a

vu user de cette juridiction par les officiers de Nyon… Il dit

qu’il a vu une fois lever le corps d’un enfant par Michel Mistral

alors châtelain de Nyon en présence du châtelain de St Cierges lequel

enfant on avait trouvé mort au pré de Cors (2).

Et il a vu et fut présent lorsque Barthelemi Nicod alors

châtelain de Nyon tint la cour au lieu de St Cierges avec plusieurs

nobles et bourgeois dudit Nyon sur la rue près les Anjouz et de même

par André Festi aussi alors châtelain de Nyon sur la rue près de la

maison des Robin. Et il a vu une autre fois que Aymon Descombes

et certains autres officiers dudit lieu de Nyon prirent Jacquet Robin

du lieu de St Cierges et le prirent sur la voie publique entre la

maison des Vignyez et le four et l’amenèrent à la prison de Nyon.

Il dit encore qu’il a vu une fois un berger des sujets du duc qui prit

un petit ours sur ces monts assavoir au lieu appelé "en les Prailles

du Betendu" (3) duquel ours Jean Robin lieutenant de St Oyens au

dit lieu de St Cierges à ce nom-là retint et prit le droit seigneurial

comme lieutenant de St Cierges ; ce qui vint à la connaissance de

Michel Mistral alors châtelain dudit lieu de Nyon qui força ledit

Jean Robin à lui restituer ce droit seigneurial à lui en tant que

châtelain de Nyon de telle manière que le dit Jean Robin rendit le

droit audit châtelain de Nyon et vint à composition et accord avec lui

au sujet de l’offense par lui Robin commise moyennant certaine somme

d’argent.

 

Jacques Utin d’Arzier âgé de 50 ans se souvenant de 40, dit

qu’il connaît bien l’Etroit de Mijoz et qu’il a vu faire plusieurs actes

de justice par les châtelains et officiers du mandement de Nyon et en

particulier il a vu prendre deux hommes malfaiteurs homicides soit

larrons appelés Monjoy au lieu du Poyet par noble Barthelemi Nicod

alors châtelain de Nyon et d’autres ses officiers… Et il dit que lui-

même et certains autres chassant dans ces monts prirent une biche sur

le chemin de St Claude à savoir dans les"Prailles du Betendu" et

apportèrent le droit seigneurial au châtelain de Nyon. Et il a vu lui

témoin gager certains écorceurs de Gex et certains tourneurs de Sept-

moncel près le Monteyset et à l’endroit même de Monteyset et les

marest Rojaz(?). Et il dit que lui témoin leva par ordre du châ-

telain de Nyon un homme trouvé mort derrière la fruitière de Nyon (4)

sans contestation aucune. Et il a été présent aussi et a vu lever le hé-

raut du châtelain Gollion de Nyon, soit Jean Gollion son fils, un

homme appelé François Mermet, cuisinier d’ Oujon, trouvé mort dans

le pré au Signyon (?). Interrogé s’il a vu tenir la cour à St Cierges

par les officiers de Nyon a dit que oui, par André Festin, sur la voie

publique près la maison des Robin …

 

Claude de la Loÿe de Trelex, âgé de 60 ans dit qu’il a

vu gager des écorceurs de Gex et des tourneurs de Septmoncel près

le lieu du Byez de la Chailliez et là autour.

 

Honnête Philippe Prélaz de Genollier, châtelain de Fran-

gins, âgé de 60 ans, se souvenant de 50 ou environ, a dit que de

tout temps de sa souvenance il a vu user de la juridiction ducale

jusqu’au dit lieu l’Etroit de Mijoz …

 

Nicod Buchillie bourgeois de Nyon dit qu’il a vu une

fois plusieurs écorceurs à l’endroit appelé Fontaine de Frangins ( les

Jacobez) par les officiers de Nyon. Et il a vu du temps de la Bonne

Fontaine la Croix blanche sur une pesse près de cette bonne Fontaine, la-

quelle est située près de l’Etroit de Mijoz …

 

Noble Maurice de Chatillon bourgeois de Nyon âgé de 70

ans confirme les témoignages précédents

 

?

??

Le procureur Gaudin "dit que Philibert Girod procureur

de la Terre de St Oyend fut duement assigné comme il en a été fait

foi et appelé par trois fois, selon la coutume et vu qu’il a suffisam-

ment prouvé son petitoire (5) comme dessus, qu’on doit lui donner et ad-

juger à lui acteur entre ledit Girod et ses biens et les biens du predit

seigneur abbé de St Oyend son maître bon, juste et valide passement

(jugement) à concurrence du total de son petitoire."

Et il remit ses paroles "au jugement droit et connaissance

de la cour."

Et la cour, conformément aux réquisitions de son procureur

condamnait Philibert Girod à mille marcs d’argent fin et bon en

principal et à une amende d’égale somme.

 

 

Texte issu des Cahiers de Mr Félix Péclet, maire des Rousses.

(1) Il est curieux de constater que c’est toujours de St Cergues et non de

Septmoncel( Lamoura, Lajoux,…) que des plaintes auraient pu s’élever.
Cependant l’Etroit de Mijoux semble plutôt dans le rayon de Septmoncel

que dans celui de St Cergues. Il faut chercher l’explication dans les limites de

l’ancienne inféodation des abbés de St Oyens à la famille de Thoire et Villars.

 

(2) entre les Tuffes (Mont-Oisel) et la Dole.

 

(3) aujourd’hui les Pralies, sur la route de la cure à saint Cergues, où l’on voit

des carrières de sable.

 

(4) Ce ne devait pas être la fruitière de Nyon actuelle

 

(5) pétitoire: action en justice par laquelle un plaideur revendique la

propriété d'un bien immobilier.

 

 

 

 

collationné par M.Péclet et retranscrit par A.C Paget

 

Désolé, votre navigateur ne peut pas afficher le document.
Vous pouvez malgré tout le télécharger En cliquant ici !