voici une étude sur un cas de contradiction entre deux dispenses. Grâce au travail de recherche de Jean Louis, le doute est levé.

il est interessant de voir la méthode  qu'il utilise et que l'on peut appliquer à d'autres cas qui posent problèmes

merci à Jean Louis

Contradiction entre 2 dispenses. Etude de J.L. BENOIT GUYOD

 

Dispense 1 :

GRENIER ROUGE Claude Jacques x BENOIT GUYOD Marie Jeanne,  marié le 10 février 1777

 

                                       Souche commune Pierre Etienne CHEVASSUS

                                                     père de

Jacques CHEVASSUS, père de                                               Claude CHEVASSUS, père de

Jacqueline CHEVASSUS, mère de                                          Julien CHEVASSUS, père de

Antoine Joseph GRENIER ROUGE, père de                              Marie (Angélique ?) CHEVASSUS, mère de

Claude Jacques GRENIER ROUGE suppliant                            Jeanne Marie BENOIT GUYOD, suppliante

 

Dispense 2 :

BENOIT GUYOD Marc Joseph x GRENIER ROUGE Anne Marie, marié le 14 février 1774

 

                                                              Souche commune

Claude CHEVASSUS, père de                                                              Claude CHEVASSUS 1630, père de

Pierre CHEVASSUS, père de                                                              Claude CHEVASSUS, père de

Julien CHEVASSUS, père de                                                              Jacqueline CHEVASSUS, mère de

Marie (Angélique ?) CHEVASSUS, mère de                                          Antoine Joseph GRENIER ROUGE, père de

Marc-Joseph BENOIT GUYOD,                                                           Anne-Marie GRENIER ROUGE,

suppliant                                                                                        suppliante

 

Il s’agit d’un mariage croisé : le frère et la sœur épousent la sœur et le frère. On devrait donc avoir les mêmes ascendants en ce qui les concerne. Or il n’en est rien, l’ascendance de Julien CHAVASSUS (surlignée en jaune) est différente ! Qui dit vrai ?

Les données de la dispense 1 correspondant à ce que j’avais dans ma base, j’étais donc tenté de considérer que la dispense 2 était erronée. Avant de conclure, il m’a semblé prudent cependant de relire les dispenses in extenso. Une phrase située à la suite de l’arbre de la dispense 2 m’a mis la puce à l’oreille :

“Nota : quoique dans l’arbre généalogique il y ait deux Claude, ce n’est pas une erreur. Dans cette paroisse, plusieurs enfants s’appellent comme leurs pères et mères, inconvénient auquel on tâche de remédier à présent.“ 

Effectivement dans la dispense 2, le père et le grand-père de Jacqueline se prénomment Claude (en rouge). La note semble indiquer que l’ascendance a été étudiée très sérieusement et qu’elle ne peut être fautive. Devant cette contradiction, j’ai préféré chercher une troisième dispense impliquant Julien. Elle figure ci-dessous et corrobore la dispense 1.

 

Dispense 3

Claude Alexis CHEVASSUS x Anne Thérèse CHEVASSUS,  marié le 17 février 1778

                                                                            souche commune

Claude CHEVASSUS                                                                            Claude CHEVASSUS

Jacques CHEVASSUS                                                                            Julien CHEVASSUS

Pierre CHEVASSUS                                                                            Marc Joseph CHEVASSUS

Claude Alexis CHEVASSUS                                                                Anne Thérèse CHEVASSUS

suppliant                                                                                            suppliante

 

Je serai tenté de considérer que c'est suffisant pour valider d. éfinitivement les filiations des dispenses 1 et 3 ? je suis  quand même très surpris d'une telle erreur

Jean-Louis Benoit-Guyod

PS Une phrase de l’argumentaire de la demande de dispense mérite d’être relevé :

"Le père de la suppliante est d'un blond hardy c'est à dire rouge. Cette couleur porte perte à la fille qui ne trouverait guère à s'établir que dans sa famille"

 

 

Note : les difficultés rencontrées sont dues à :

on ne trouve pas tous les actes sur les registres paroissiaux et du greffe

certains sont très lacunaires

les témoins n’ont pas toujours de filiations

les noms et prénoms varient ou mutent dans le temps

les homonymies fréquentes qui "coruptent" les actes

les naissances, mariages et décès ont eu lieu ailleurs

la tradition orale des témoins 

 

Désolé, votre navigateur ne peut pas afficher le document.
Vous pouvez malgré tout le télécharger En cliquant ici !